charolais-pature.jpg (13799 octets)

Home

vendredi 13 avril 2001

 FIEVRE APHTEUSE:

Le point sur l'épidémie: levée de l'embargo européen sur les exportations françaises

BRUXELLES (AFP) - L'embargo européen décrété contre les exportations françaises d'élevage en raison de l'épizootie de fièvre aphteuse sera levé vendredi à 00H00 locale, comme prévu, si aucun nouveau cas n'est décelé sur le territoire français au dernier moment.

"Comme prévu, s'il n'y a pas de nouveau foyer", a confirmé jeudi Beate Gminder, la porte-parole du commissaire européen pour la Santé et la Protection des consommateurs, David Byrne.

Elle s'est félicitée qu'il s'agisse de la première levée des mesures européennes d'embargo à l'encontre d'un pays depuis l'apparition de l'épizootie, en Grande-Bretagne, mi-février.

"C'est un très bon signe que l'on arrive à lever toutes les restrictions déjà pour un pays.
Le temps travaille pour nous", a souligné Beate Gminder.

"On peut contrôler" l'épizootie lorsque des mesures adéquates d'"éradication" sont prises, a-t-elle poursuivi.

A partir de vendredi 00H00, les exportations de bétail vivant susceptible de contracter la fièvre aphteuse (bovins, porcins, caprins et ovins) peuvent reprendre depuis l'ensemble du territoire français.

A la même date, l'embargo sur les exportations est également levé sur les produits non traités tels que la viande fraîche ou le lait frais provenant des trois départements de Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis et Val d'Oise, autour de Paris.

Le deuxième foyer de fièvre aphteuse avait été recensé en France, le 23 mars, dans le département de Seine-et-Marne. Le premier l'avait été dans le département de la Mayenne, le 13 mars.

L'embargo sur les produits d'élevage non traités du restant de la France avait été levé
dès le 3 avril par la Commission européenne.

Une réunion du Comité vétérinaire permanent (CVP) européen aurait été nécessaire
pour décider d'une prolongation des mesures d'embargo contre la France.

Le CVP avait décidé le 4 avril que les embargos à l'encontre de la France s'achèveraient d'eux-mêmes le 13 avril à 00H00 si aucun autre foyer n'était constaté.

L'épizootie est apparue le 19 février en Grande-Bretagne où elle a provoqué les dégâts les plus importants.

Le principal conseiller scientifique du gouvernement britannique, David King, a estimé toutefois mercredi que l'épizootie stagnait et enregistrait même une "possible décrue".

Trois autres foyers ont par contre été découverts, encore jeudi, aux Pays-Bas, portant à 25 le nombre total de foyers de l'épizootie dans ce pays.

Un foyer a été également repéré en Irlande, le 22 mars. L'embargo contre ce pays reste en vigueur jusqu'au 19 avril.

Pour combattre l'épizootie, les autorités françaises ont procédé très rapidement à une politique d'abattage massif.

La France a été aussi parmi les premiers pays européens à interdire tout transport d'animal sur l'ensemble de son territoire. Cette politique a sans doute permis de confiner le virus aux deux seuls foyers recensés, tous deux liés à un exploitant de Mayenne par lequel avaient transité des moutons britanniques.

*****************************

Mars 2001: Liste des pays indemnes de fièvre aphteuse

Allemagne
Argentine***
Australie
Autriche
Belgique
Bulgarie
Canada
Chili
Chypre
Costa Rica
Croatie
Cuba
Danemark
El Salvador
Espagne
Estonie
États-Unis d’Amérique
Ex-Rep. Youg. de Macédoine
Finlande
[France]*
Grèce**
Haïti
Honduras
Hongrie
Indonésie
[Irlande]*
Islande
Italie
Japon**
Lettonie
Lituanie
Luxembourg
Madagascar
Malte
Mexique
Norvège

Nouvelle-Calédonie
Nouvelle-Zélande
Panama
[Pays-Bas]*
Pologne
Portugal
Roumanie
[Royaume-Uni]*
Singapour
Slovaquie
Slovénie
Suède
Suisse
[Swaziland]*
Tchèque, Rép.
Ukraine
Uruguay**
Vanuatu

 

* Les [pays] désignés entre crochets ont leur statut indemne de fièvre aphteuse suspendu, en raison de la récente apparition de cette maladie.

** Le Japon a été réintégré dans cette liste le 26 septembre 2000 par décision de la Commission pour la fièvre aphteuse et autres épizooties en vertu de la Résolution n° XVII de la 65e Session générale du Comité international de l'OIE.
La Grèce et l'Uruguay ont été réintégrés dans cette liste le 25 janvier 2001 par décision de la Commission pour la fièvre aphteuse et autres épizooties en vertu de la Résolution n° XVII de la 65e Session générale du Comité international de l'OIE.

*** Ce pays a son statut indemne de fièvre aphteuse suspendu, en raison d'un changement récent intervenu dans sa stratégie de prophylaxie de la maladie.

 

(+) La zone, comprenant les Etats du Rio Grande do Sul et de Santa Catarina, a son statut indemne de fièvre aphteuse suspendu en raison de la récente apparition de cette maladie.

 

(++) La zone d'Afrique du Sud a son statut indemne de fièvre aphteuse suspendu, en raison de la récente apparition de cette maladie.

**************************************************************************************************************************************************************** 

Situation mois de  Mars 2001.

Au niveau national, les mesures de restriction valables pour la Mayenne et l'Orne ont été étendues à tout l'hexagone. Ainsi, il est désormais interdit d'exporter vers l'étranger des animaux vivants des espèces sensibles mais aussi d'exporter les viandes, laits et produits n'ayant pas subi de traitement thermique. Ce renforcement provisoire est applicable depuis le 24 mars 2001. Cela signifie que les ventes à l'étranger sont pour l'instant inenvisageables.

On vient d'apprendre qu'en Allemagne ou un climat de panique s'est installé après la découverte de cas de fièvre aphteuse aux Pays-Bas. Par mesures préventives, la Rhénanie du Nord et la Westphalie, régions frontalières de la Hollande, ont décidé d'interdire la circulation d'animaux et d'annuler tous les concours. Une grande partie de l'Europe est maintenant bloquée, on attend donc de voir l'évolution de l'épidémie dans les prochains jours.


Nombre de foyers au 26 mars 2001 :

En France : 2 foyers

En Grande-Bretagne : 607 foyers

En Irlande : 1 foyers

En Hollande : 5 foyers

En Argentine : 55 foyers

 

ESB:

Depuis le Premier Janvier 2001 seules les carcasses d'animaux de moins de 30 mois ou d'animaux de plus de 30 mois dont le tronc cérébral a été soumis à un test de dépistage NÉGATIF, PEUVENT ENTRER DANS LA CHAINE ALIMENTAIRE.

450 000 carcasses de bovins Français ont ainsi été retirées de la consommation humaines SANS ETRE TESTÉES dans le cadre du programme d'intervention Européen

DERNIER CAS DE BSE EN FRANCE (297éme depuis 1991) le 04 Avril 2001.